Pendant que je twitte qu’est-ce que je ne fais pas ?

Pendant que je twitte, je ne fais pas le ménage. Ca parait un détail mais une maison de 120m² avec 6 occupants humains 2 chiens et 1 chat (je compte pas les poissons) ça ne roule pas tout seul. Et si je compte, le ménage représente tout compris 2h pleines par jour. Avec bébé chou à gérer en plus.

Pendant que je twitte, je ne cuisine pas. Et c’est un problème. Parce qu’ici nous n’achetons quasiment pas de produits tout prêt. Donc je dois préparer les  goûters et tous les repas. Il faut donc rajouter 1h.

Pendant que je twitte, je ne câline pas mon bébé chou. Et c’est un vrai manque pour lui comme pour moi. Sentir ses doigts se crocher dans mes cheveux, me regarder, me sourire sont des cadeaux journaliers. On y passe 1h par jour.

Pendant que je twitte, je ne fais pas d’origami. Mon loisir principal, ma détente. Ceci dit, si je suis honnête, vu mon emploi du temps, je ne plie plus beaucoup en ce moment. Un vrai manque.

Pendant que je twitte, je n’appelle pas mes copines. Sauf qu’au final elles ne m’appellent pas non plus donc le tri se fait et c’est une bonne chose.

Pendant que je twitte, je ne regarde pas la télévision. Encore un bon point. Au vu des LT, je ne loupe pas grand-chose.

Pendant que je twitte, je ne mange pas. Vu mon excédent encore un bon point pour le réseau.

Pendant que je twitte, je ne m’occupe pas de mes problèmes de couple. Et c’est ennuyeux. Ca m’arrange mais c’est ennuyeux.

Pendant que je twitte, je ne dors pas. Je manque cruellement de sommeil (merci bébé chou) et du coup ça empire ma fatigue.

Mais il faut être honnête et s’interroger sur ce que je fais pendant que je twitte.

Pendant que je twitte, j’échange, je rencontre, je ris, je pleure aussi, je découvre, j’apprends, je participe, je me met en colère, je m’interroge, je me remet en question, j’aime, je déteste, je patiente, je me ressource, je reprends des forces, je vis, je revis.

En ce moment, je ne suis pas trop présente sur le réseau. Je tente encore et encore de trouver un rythme pour caser mes journées de 26h. C’est compliqué et frustrant. Avec le recul et le temps, twitter m’est indispensable. Alors je tâtonne, je cherche mais je vais revenir. Car vous me manquez.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *